Richard et Sally Price sur le campus de Schoelcher

Les deux anthropologues donneront deux conférences les 25 et 26 octobre

Le campus de Schoelcher a le plaisir d'accueillir deux chercheurs de renom grandement familiers de nos territoires. Sous la coordination des chercheurs de l'équipe FRACAGE, le Laboratoire Caribéen de Sciences Sociales (LC2S) reçoit, les 25 et 26 octobre à l'amphithéâtre Frantz Fanon (fac de Droit), les anthropologues américains Richard et Sally Price que leurs nombreux travaux, en plus de trente années de recherche, ont conduit à s'intéresser notamment aux sociétés guyanaise et martiniquaise. Ils résident d'ailleurs aux Anses d'Arlet une partie de l'année.

Pour cette intervention à deux voix, les Price donneront, jeudi 25 octobre de 18h à 20h, une première conférence intitulée, en référence à leur livre réédité en 2016, "Le bagnard et le colonel : colonialisme et résistance à la Martinique". Dans un second temps, vendredi 26 octobre à 14h30, leur propos nous conduira en Guyane pour une deuxième conférence ayant pour titre "« Créolisation, les arts des Marrons et le dilemme des "fake news" », laquelle s'appuiera sur l'ouvrage du couple Les arts des marrons (2005)

On ne présente plus "Le Bagnard et le colonel", récit d'une histoire singulière au coeur de la grande Histoire, ayant réuni, au cours de la première partie du 20ème siècle, deux destins que rien ne prédestinait à être associés. Le magazine Sciences humaines avait rendu compte, au moment de la première édition du livre, de l'itinéraire de Médard Aribot, ex bagnard aux talents artistiques indomptés, et des circonstances dans lesquelles son parcours de vie marginal fut associé à l'image du Béké Maurice de Coppens, candidat à la mairie du Diamant en 1925. Cet épisode, qui renvoie aux réalités politiques, institutionnelles et sociales de la Martinique des années 1920-1970, demeure inscrit -à la lettre- dans le paysage naturel et culturel de notre département grâce à La Maison du bagnard, cette petite case fichée au pied du Morne Larcher, construite et habitée par Médard jusqu'à sa mort en 1973...

S'associant à cet évènement, la BU vous propose ci-dessous quelques pistes documentaires.

Entrée libre et gratuite, venez nombreux ! 

 

OpenEdition - revues en SHS (libre accès)

Richard Price et Natacha Giafferi, « Créolisation et historicité », L’Homme, 207-208 | 2013.

Au cours des deux dernières décennies, la « créolisation », comme une bonne part du reste de l’anthropologie (dont « l’ethnographie »), a été adoptée quasiment telle quelle par d’autres disciplines, en particulier les cultural studies, les postcolonial studies et assimilées. (Cela, plusieurs décennies après que l’anthropologie a emprunté le concept à la linguistique.) En chemin, ce concept a perdu beaucoup de sa vigueur et de sa spécificité analytique, venant à dénoter presque tout type de mélange ou d’hybridité culturels...

Carole Boulbès, « Sally Price. Au Musée des illusions : le rendez-vous manqué du quai Branly », Critique d’art [En ligne], 39 | Printemps 2012 (critique de livre)

Paris Primitive – Jacques Chirac’s Museum on the Quai Branly était le titre original de la première parution de cet ouvrage, à Chicago en 2007. Denoël nous en propose aujourd’hui une traduction française. La quatrième de couverture annonce une « critique amicale de la part de la plus française des anthropologues américaines », pourtant Sally Price ne mâche pas ses mots. Le titre des chapitres (« I. Les deux Jacques », « II. Des musées dans la ville lumière », « III. Le déménagement », « IV. Donneurs d’organes », « V. Contre-Palais sur Seine ») et les questions posées traduisent clairement les intentions polémiques : le musée du quai Branly « a-t-il dépassé le confortable eurocentrisme que ses pères fondateurs espéraient combattre »  ? Plutôt que de privilégier le dialogue entre les cultures, ne porte-t-il pas un « regard primitivisant » ? 

Marie-Pascale Mallé, « Les maisons des Noirs marrons de Guyane », In Situ [En ligne], 5 | 2004,

Le long du Maroni, fleuve frontière entre la Guyane française et le Surinam, vivent les Aluku et les Djuka, descendants des esclaves marrons échappés aux XVIIIe et XIXe siècles des plantations de la Guyane hollandaise. A l'écart des colons occidentaux, ils ont développé des cultures originales, mélanges de traditions des sociétés africaines dont ils étaient issus et d'emprunts aux Amérindiens. Malgré les bouleversements actuels, leur habitat reste un témoin remarquable de cette histoire absolument originale.

Raymond Massé, « Créolisation et quête de reconnaissance », L’Homme [En ligne], 207-208 | 2013, mis en ligne le 05 novembre 2015

Plusieurs analystes s’entendent pour définir, comme conditions nécessaires de la créolisation, une diversité culturelle et raciale fondatrice, un métissage à la fois physique et culturel, l’invention d’une langue créole, l’existence de rapports asymétriques de couleur (ou raciaux) expliquant la reproduction des inégalités sociales et l’émergence d’une nouvelle identité collective métissée. Jean-Luc Bonniol, en particulier, identifie trois composants fondamentaux des « situations créoles » : l’hétéronomie engendrée par l’économie de plantation « à moteur externe », orientée vers la satisfaction des seuls besoins de la Métropole ; un flux de peuplement externe et la disparition des populations autochtones ; enfin, la diversité des apparences physiques maintenue par un préjugé de couleur....

Ailleurs sur le web

Richard Price. Créolisation, Creolization, and Créolité Small Axe. A caribbean journal of criticism. 2017, n°21 

Conceived as a contribution to a 2014 symposium reconsidering Éloge de la créolité—written by three Martiniquan intellectuals—twenty-five years after its publication, this essay draws a distinction between the French use of créolisation as a mainly philosophical and poetic concept and the more historically grounded use of creolization in the anglophone world.

Richard Price & Sally Price. Site web du couple de chercheurs. Avec renvoi vers le texte intégral de nombre de leurs travaux.

Erudit.org. Le bagnard et le colonel [critique d'ouvrage], Anthropologie et sociétés, 2003, n°1

La mémoire est douée pour l’oubli. Il en va de même pour la mémoire collective, et ce tout particulièrement en contexte postcolonial. Le bel ouvrage de Richard Price se consacre à l’oubli sélectif des Antillais pour leur passé colonial. À partir de l’oubli manifesté par les Martiniquais face à un événement politique et à un personnage marginal du Sud de l’île, Price essaie de comprendre les facteurs qui expliquent un talent certain pour la mise aux oubliettes par les collectivités locales et nationales d’événements du passé récent qui, pourtant (mais peut-être aussi surtout à cause de cela), constituent d’importants révélateurs des rapports sociaux conflictuels. 

Manioc.org - Bibliothèque numérique Caraïbe-Amazonie

Histoires de Marrons : la présence des Larrons sur l'Oyapock . Vidéo. Interventions des universitaires J.Moomou, T. Bellardie, S. Mam Lam Fouck dans le cadre du "167e anniversaire de l'abolition de l'esclavage en Guyane" : Journées de la liberté, le 05 juin 2015. Université de la Guyane

Les marrons et le droit en Guyane française de 1836 à la francisation.Vidéo. Intervention de Y. Urban. Colloque « Les marronnages et leurs productions sociales, culturelles dans les Guyanes et le bassin caribéen du XVIIème au XXème siècles : bilans et perspectives de recherche ; descendants de Marrons et d?Amérindiens dans les Amériques : quelle citoyenneté ? » les 18-21 novembre 2013. Université des Antilles et de la Guyane, Saint-Laurent-du-Maroni.

En rayon à la BU

Image de C'est-à-dire
C'est-à-dire
Michel Leiris
Éd: Editions jean-michel place
Où trouver le livre
Image de Le bagnard et le colonel
Le bagnard et le colonel
Richard Price Sally Price
Éd: Vents d'ailleurs
Où trouver le livre
Image de Les Arts des Marrons
Les Arts des Marrons
Sally Price Richard Price
Éd: Vents d'ailleurs
Où trouver le livre
Image de Equatoria
Equatoria
Richard Price Sally Price
Éd: Routledge
Où trouver le livre
Image de Caribbean contours (Johns Hopkins studies in Atlantic history and culture)
Caribbean contours (Johns Hopkins studies in Atlantic history and culture)
-
Éd: Johns hopkins university press
Où trouver le livre
Image de Devoir marronner aujourd'hui dans l'espace des Guyanes
Devoir marronner aujourd'hui dans l'espace des Guyanes
Joël Roy
Éd: Editions l'harmattan
Où trouver le livre
Image de Sociétés des Amériques : Mémoires, patrimoines, identités et histoire du XVIIe au XXe siècle
Sociétés des Amériques
Jean Moomou Collectif
Éd: Ibis rouge
Où trouver le livre
Image de Le Monde des marrons du Maroni en Guyane (1772-1860) : La naissance d'un peuple : les Boni
Le Monde des marrons du Maroni en Guyane (1772-1860)
Jean Moomou Lucien-René Abénon
Éd: Ibis rouge
Où trouver le livre
Image de Créolité, créolisation : regards croisés
Créolité, créolisation
Laurence Pourchez
Éd: Editions des archives contemporaines
Où trouver le livre
Image de Les voies de la créolisation : Essai sur Edouard Glissant
Les voies de la créolisation
Alain Ménil
Éd: De l'incidence éditeur
Où trouver le livre
Image de Au visiteur lumineux
Au visiteur lumineux
Collectif
Éd: Ibis rouge
Où trouver le livre